Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/12/2012

Le château de Locarno, ancien château des Visconti !

Le château de Locarno, ancien château des Visconti !

De 1513 à 1798, le château des Visconti était le siège des baillis. Aujourd'hui, le Château de Locarno, est un musée archéologique avec des objets découverts dans la région de Locarno depuis la fin de l'âge du bronze jusqu'au Haut Moyen Age. La collection de verres romains, qui furent découverts au Tessin, en constitue le clou. Riche assortiment de près de 200 objets. Des documents sur la conférence sur le désarmement de Locarno (1925) sont à voir au musée de la ville. C'est ce que Suisse tourisme fait découvrir aux visiteurs et curieux.

Le château de Locarno. Photo Réveil FM

On trouve dans les parties du château encore debout - elles occupent à peine un cinquième du terrain ayant à l'origine appartenu à la forteresse - des murs datant de différentes époques. Les éléments les plus vieux, soit quelques pans du mur d'enceinte, les parties inférieures des logis et la souche d'une tour, pourraient fort bien remonter au XIIIe siècle ou même à la fin du XIIe. Les constructions actuelles datent toutefois pour la plupart des XIVe et XVe siècles, époque à laquelle l'ouvrage du haut Moyen Age fut peu à peu transformé en une gigantesque forteresse.

Le bastion du Château de Visconteo de Locarno a-t-il été dessiné et réalisé par Léonard de Vinci? Photo Réveil FM

Le complexe des bâtiments contigus à la cour comprend une tour rectangulaire du haut Moyen Age, sans doute le dernier reste de la rocca, le noyau puissamment fortifié du château ayant occupé le plateau supérieur de la colline; la rocca doit avoir été le premier élément de la forteresse. Ont en revanche disparu les considérables installations de défense du secteur nord, l'imposante tour d'angle circulaire, le bastion de plan triangulaire et son fossé avancé. Les parties du château donnant sur le lac, la grande entrée percée dans le front sud des murailles d'enceinte et les fortifications du port reliées au château ont elles aussi été démolies. De leur côté, les abords du château ont subi de radicales transformations. Là où passe aujourd'hui une route de contournement s'étendaient autrefois les bords du delta de la Maggia. Cela explique les inondations et les glissements de terrain qui à plusieurs reprises ont ravagé les parties inférieures du château fort.

En raison de la destruction partielle de l'ouvrage et de la superposition des bâtiments des XIVe et XVe siècles sur les plus vieux éléments de construction, il n'est plus possible de reconstruire l'histoire du château à ses débuts. Il est d'ailleurs difficile de localiser les différents châteaux forts du Locarnais cités dans des textes des XIe et XIIe siècles, car il en existait également à Muralto et à Orselina et tous appartenaient à la même famille de nobles. Vers la fin du XIe siècle, l'archevêque de Milan concéda le territoire de Locarno en prêt aux seigneurs de Besozzo. Connus sous le nom de Capitanei de Locarno, ces seigneurs s'établirent dans différents châteaux et régnèrent dès lors sur le Locarnais.

La tour restante du château. Photo Réveil FM

Les Orelli et les autres Capitanei, en particulier les Muralto, jouirent d'une large indépendance, ce qui ressort notamment du fait qu'à l'époque des Staufen, les empereurs reconnurent leur fief. Ils fortifièrent leur domaine non seulement du côté de la Léventine et du val Blenio, où ils érigèrent un château au-dessus de Biasca et exercèrent des droits seigneuriaux, mais également du côté des vallées latérales du Locarnais, où ils déployèrent une politique de colonisation particulièrement fructueuse. C'est à l'instigation des Orelli que la région de Bosco-Gurin fut peuplée par des Walser au début du XIIIe siècle.

Locarno fut mêlée au XIIIe siècle au conflit qui avait éclaté entre les Guelfes et les Gibelins et vers 1240, elle était la base la plus importante des Guelfes dans le territoire du lac Majeur. En 1260, la forteresse de Locarno fut néanmoins conquise, puis détruite par les Gibelins, chassés de Milan. Par la suite, Simon d'Orello, alors le plus éminent représentant des Capitanei de Locarno, changea de camp et se rangea aux côtés des Gibelins, pour lesquels il combattit avec succès jusqu'à sa mort, survenue en 1290. Il fut particulièrement heureux lorsqu'il put faire prisonniers les chefs des Guelfes de Côme. Pour se venger d'une détention qu'il avait lui-même subie quelques années auparavant, il les fit enfermer pendant de longues années dans d'étroites cellules. L'extension territoriale que connut Milan sous le règne des Visconti ne s'arrêta pas aux portes du Locarnais.

En 1507 à Milan, il n'y avait qu'un seul Florentin aux connaissances adéquates: Léonard était déjà employé comme ingénieur militaire par Ludovic Maria Sforza, le duc de Milan. Et il avait déjà dessiné des bastions pour les Français en 1499, peu avant de quitter la ville. Photo Réveil FM

En 1342, la forteresse de Locarno ne résista pas à une attaque des Visconti lancée simultanément du lac et de la terre. Les Capitanei faits prisonniers furent cependant libérés après peu de temps et se virent même octroyer une indemnité pour la perte de leurs droits de souveraineté. Dès cette date, Locarno fut dirigée par les Visconti. Ils confièrent l'administration de leurs biens seigneuriaux à un podestà et l'installèrent au château de Locarno. C'est de cette époque que datent les premières grandes transformations de l'ouvrage. Pour des raisons qu'on ignore, les Visconti renconcèrent au XVe siècle à administrer eux-mêmes la ville de Locarno et en 1439, ils cédèrent le château à titre de prêt à Franchino Rusca.

Ce fut le point de départ de l'époque la plus glorieuse de ce monument. Franchino Rusca et ses descendants, qui résidèrent à Locarno jusqu'en 1500, en firent un gigantesque ouvrage défensif. Les dernières décennies de l'ère des Rusca furent malheureusement ternies par des dissensions politiques. Brouillé avec les Confédérés depuis les guerres de Bourgogne, le comte de Milan, qui avait de bonnes raisons de douter de la loyauté des Rusca, installa un intendant au château de Locarno.

Les Rusca furent autorisés à occuper le palazzo, donc la partie de l'ouvrage non fortifiée. Quant au fonctionnaire milanais, il s'établit à la rocca. Au cours des dernières décennies du XVe siècle, la forteresse de Locarno s'avéra être un ouvrage par trop grand et de ce fait quasi impossible à maintenir en état de défense.

A bien des reprises, les intendants milanais se plaignirent des mauvaises conditions des installations défensives, d'un armement insuffisant et d'une garnison numériquement trop faible. En 1475 déjà, un fonctionnaire signalait à ses supérieurs qu'en cas de guerre, deux cents hommes ne suffiraient pas pour défendre une aussi grande forteresse. Ce qui en outre irrita particulièrement les occupants milanais, c'est que les Rusca se firent construire un splendide palais, tandis qu'eux-mêmes devaient se contenter de la rocca, fort peu confortable.

Les crues de la Maggia et l'engravement du port fortifié causèrent de leur côté bien des difficultés aux Milanais. Pour qu'il puisse continuer à remplir ses fonctions, le port dut être dragué en 1485 et en 1486.

Le château de Locarno a longtemps appartenu à la famille Visconti. Photo Réveil FM

Lorsque, en 1499, Louis XII de France envahit la Lombardie, il fit occuper le château de Locarno par ses troupes. Ce fut le début d'une longue lutte, dont l'enjeu était la possession du Locarnais. Las des promesses vaines de Louis XII et de sa tactique visant à faire durer les négociations de paix, les Confédérés occupèrent Locarno en 1503.

Ils se déclarèrent toutefois prêts à restituer la ville lorsque le roi, dans le traité d'Arona de 1503, renonça à Bellinzone.

La forteresse de Locarno demeura propriété du roi de France pendant quelques années. La campagne lancée par les Confédérés en 1512 mena, certes, à l'occupation du pays, mais non à la prise des fortifications tenues par les Français, car les troupes suisses ne disposaient pas d'une artillerie suffisante pour une telle entreprise.

Il fallut les négociations engagées au début de 1513 pour que les Confédérés puissent prendre possession du château de Locarno. Sa cession ne devint toutefois effective qu'en 1516, à la signature de la Paix perpétuelle.

A partir de 1513, la forteresse servit de siège à un bailli confédéré chargé de l'administration du bailliage commun de Locarno.

 

L'entretien du gigantesque ouvrage causa bien des soucis à la Diète qui, en 1531, décida d'en démolir une grande partie et de ne conserver que le palazzo, résidence du bailli. En 1532 déjà, les travaux de dématèlement étaient terminés. Le terrain qu'avaient occupé les bâtiments abattus fut vendu; il ne tarda pas à être construit.

02/12/2012

Domodossola-Locarno, vues panoramiques !

Domodossola-Locarno, vues panoramiques !

Le chemin de fer Domodossola–Locarno, aussi connu comme le chemin de fer Centovalli (l'italien : Centovallina) est un chemin de fer de calibre de mètre entre Domodossola, l'Italie et Locarno, la Suisse. Ouvert le 25 novembre 1923, le chemin de fer de 52 kilomètres de long a 22 stations et prend environ 2 heures pour traverser la longueur entière, avec une vitesse moyenne inférieure à 30 km / h. Le chemin de fer Domodossola–Locarno a transféré 1 million de passagers en 2010. La frontière italienne-suisse se situe entre les villes de Ribellasca et de Camedo. Avec Suisse tourisme, nous avons pu emprunter ce tronçon. 39 photos pour vous permettre de découvrir le tronçon Italo-Suisse: Domodossolla-Locarno.

Au départ de Domodossola, belles maisons perchées à flanc de coteaux. Photo Réveil FM

Le train n'est pas bondé. Photo Réveil FM

Joli clocher d'une église. Photo Réveil FM

 

Le train serpente le rail. Photo Réveil FM

Village italien, maisons aux fenêtres fermées. Photo Réveil FM

Le gazon comme toit d'une salle sportive municipale. Photo Réveil FM

La Gare S. Maria Maggiore. Photo Réveil FM

Nous sommes bel et bien en Italie, la linge étalée sur le balcon. Photo Réveil FM

Domodossola-Locarno: 22 stations ! Photo Réveil FM

La station RE en Italie. Photo Réveil FM

Très belle Eglise au passage. Photo Réveil FM

Eglise belle mais qui passe très vite. Photo Réveil FM

Montagne enneigée. Photo Réveil FM

Ribellasca , la frontière italienne. Photo Réveil FM

Camedo, la frontière suisse. Photo Réveil FM

Le train à Camedo. Photo Réveil FM

Un barrage électrique ? Photo Réveil FM

Vue magnifique d'un pont. Photo Réveil FM

Notre train est très haut pour avoir une vue pareille du pont. Photo Réveil FM

Le machiniste de notre train qui nous amène à Lucarno. Photo Réveil FM

Encore une montagne enneigée. Photo Réveil FM

Un bus pour Locarno. Photo Réveil FM

Vue du train à partir du dernier wagon. Photo Réveil FM

Les vignes. Photos Réveil FM

Et encore des vignes. Photo Réveil FM

La gare de Verscio. Photo Réveil FM

Une grande statue accrochée au mur d'un bâtiment moderne. Photo Réveil FM

La pendule de l'église marque l'heure: Il est 15h10 ! Photo Réveil FM

Un cimetière. Photo Réveil FM

L'auberge restaurant Centovalli. Photo Réveil FM

 

Croisement avec un train qui va vers Domodossola. Photo Réveil FM

Le croisement se fait à Protebrolla. Photo Réveil FM

La gare de Protebrolla. Photo Réveil FM

Tags dans une gare avant Locarno. Photo Réveil FM

La gare couverte de Locarno. Photo Réveil FM

Arrivée à la gare de Locarno. Photo Réveil FM

 

Gare ferroviaire de Locarno. Photo Réveil FM

01/12/2012

Swissminiatur à Mélide-Lugano dans le Tessin

Swissminiatur à Mélide-Lugano dans le Tessin

Inaugurée le 6 juin 1959, non loin de Lugano dans le canton du Tessin, Swissminiatur a fêté ses 50 ans en 2009 et en 2059 il n'aura que 100 ans ! Swissminiatur a un bail avec la commune de Mélide de 86 ans, il a droit de rester sur son site jusqu'en 2042. Grâce à Suisse Tourisme, nous avons eu l'opportunité de le visiter. C'est un parc en plein air situé à Melide, un village sur les bords du lac de Lugano, dans la partie de la Suisse de langue italienne. Le parc est entouré de montagnes importantes comme le Monte Generoso, le monte San Salvatore et le Monte San Giorgio qui a été déclaré Patrimoine Naturel Mondial de l'Humanité par l'Unesco.

Le Palais Fédérale à Berne, en miniature. Photo Réveil FM

Sur une surface de plus de 14 000 m2, les visiteurs peuvent admirer plus de 120 modèles des bâtiments et monuments les plus connus en Suisse. Construits manuellement à l'échelle de 1:25.

Un réseau de 3560 mètres de chemin de fer en miniature parcourt le parc avec ses 18 trains en traversant des ponts et en s'arrêtant aux gares. Les bâteaux sillonnent les lacs, les télécabines et les funiculaires montent et descendent des montagnes, les voitures roulent sur les autoroutes.

Le parc est décoré et embellit par une selection de 1500 différentes plantes et de plus de 1500 fleurs.

Swissminiatur n'est pas seulement une attraction touristique. Elle est certainement connue comme un musée en plein air. Il manque quand même dans le parc ce qui caractérise la Genève Internationale: Le Palais des Nations !

Pierre Vuigner, le créateur de la Suisse en minature, d'après le modèle du parc hollandais "Madurodam" n'avait que 32 ans lorsqu'il a réalisé son rêve, après plusieurs péripéties.