Une chose est certaine, l'agenda d'alias Joseph Kabila, n'est pas nôtre. Il doit partir.