Les installations de ce média étaient, dès lors, assiégées par un groupe de policiers qui interdisaient aux journalistes d’y accéder.