C’est en effet en reprenant le club de foot qu’il avait pris pied à Valenciennes, avant d’en devenir le maire en 1989. «C’est ma ville de cœur», a-t-il coutume de dire. Il y fait d’ailleurs l’une de ses premières réapparitions publiques fin juin pour voter pour son successeur à l’Assemblée, Laurent Degallaix. Il y est retourné cette semaine aux côtés de Manuel Valls pour fêter les 10 ans de l’Agence de rénovation urbaine (Anru) qu’il considère comme l’un de ses «bébés» et l’une de ses réussites.