Donc qui a raison ? Les dirigeants actuels, raisonnables, ou le repreneur qui promet tout à tout le monde ? Pour les actionnaires, en tout cas, la question ne se posera pas : l’offre Bonomi c’est bien mieux. Tellement mieux que la bourse espère encore plus et parie sur une contre offre encore plus belle.