Voilà qui pourrait donner des arguments aux tenants d'un « grand soir de l'UMP » au congrès qui élira, fin novembre, le nouveau président.