M. Steinmeier prévoit que cette « dimension culturelle constitutionnelle » du numérique préoccupera intensivement et pendant longtemps encore la politique étrangère.