« Aujourd’hui, Maître Kilolo est une victime pour avoir voulu affronter jusqu’au bout le procureur dans le cadre d’une bataille judiciaire. Il a contacté des témoins à décharge qui ont mis à mal la démarche du magistrat. Le procureur savait que Me Kilolo s’apprêtait à dénoncer le fait que des témoins à charge ont été soudoyés ». « Si mener des enquêtes, contacter des témoins pour la manifestation de la vérité, défendre et réussir à faire libérer un accusé est considéré par le procureur comme un crime qui conduit un avocat derrière les barreaux, alors quel est finalement le rôle des avocats à la Cour pénale internationale ?», s' interrogeait Me Guylain Mafuta Laman à Bruxelles, le mercredi 14 mai 2014.

Ceux qui croient au complot contre la République démocratique du Congo, sans toucher à ses dignes fils et filles, son élite engagée et dynamique, n'ont rien compris !